Reparer le cartilage

1. Au préalable : la GREFFE

Ne sont greffées que les lésions de grade III et IV : profondes et pouvant atteindre l’os sous jacent. L’articulation doit être stable. Son axe ne doit pas être pathologique. Le ménisque doit être présent sur au moins 50%, pour le genou. On ne doit pas avoir de lésions en miroir, par exemple : le fémur et le tibia ou la rotule et le fémur ne doivent pas avoir de lésions face à face.

Cela implique parfois plusieurs opérations ou plusieurs gestes durant la même intervention. En effet, on ne peut greffer le cartilage que si les ligaments sont fonctionnels, sinon la greffe a peut de chance de prendre et de durer dans le temps. De même une absence complète de ménisque ou une déformation osseuse trop importante provoquera une charge trop importante sur la greffe.

2. Techniques Actuelles

A. chirurgicale de la microfracture : décrite par Steadman

Anesthésie générale avec antibioprophylaxie et dans une salle à haute asepsie réservée à l’orthopédie et avec une équipe formée à la technique.:

  • Arthroscopie stricte du genou sans incision associée / bilan lésionnel
  • Préparation de la lésion à la curette tranchante spécifique pour obtenir des bords lésionnels sains, perpendiculaires au cratère.
  • Réalisation de perforations de 3 mm de profondeur tous les 3 mm en partant de la périphérie vers le centre selon la technique de Steadman avec son instrumentation spécifique.
  • Lâchage du garrot et vérification du saignement par les trous après arrêt de la perfusion.
  • Fermeture des points d’entrée.

Le principe

Mobilisation des cellules souches de l’os sous-chondral, c'est-à-dire localisées dans l’os sous jacent au cartilage. Reconstituer du cartilage avec les propriétés biochimiques et biomécaniques d’un cartilage normal. Technique de référence dans la réparation du cartilage car sous arthroscopie et non invasif, faible morbidité, faible coût. Mais limitées dans leurs résultats par la taille et la profondeur de la lésion (moins 2 à 3 cm).

Cliquez sur les petites images pour les agrandir, cliquez sur les grandes images pour les réduire. Merci.

 

 

Zone de la lésion :

Zone de la lésion :
 
  Perforations réalisées sous arthroscopie, apportant du sang de l’os sous jacent et donc des cellules
 
Formation d’un caillot de sang :
Transformation de ce caillot en cicatrice puis en cartilage en plusieurs mois
 
Dessins réalisés par le Pr Bahuaud, Hôpital Robert Picqué , Bordeaux.

 

LA REEDUCATION

  1. 1. 3 / 4 semaines : Sans appui sur le membre opéré. Mobilisation sans charge tous les jours. Drainage et physiothérapie.
  2. Dans le 2ème mois : Mise en charge progressive. Déroulement du pas. Travailler les muscles et augmenter la charge.
  3. Au 3ème/4ème mois : Appui complet sur jambe opérée. Si pas de douleur, ni d’inflammation : Reprise entraînement sportif. Programme individuel à chaque patient, fonction de sa récupération et de son niveau de base.
  4. 4-6 mois : Sport en décharge.
  5. 4-6 mois : Course en ligne.
  6. 12-18 mois : Sport pivot-contact.

B. Technique des mosaic-plasties

Même approche au plan anesthésique et préparatoire à l’intervention

  1. Arthroscopie permettant de repérer la zone lésée.
  2. En fonction de la zone à greffer, un mi-abord si nécessaire.
  3. Mesure de la surface à greffer.
  4. Prélèvement des plots (Carottes d’os et de cartilage de diamètres différents et de longueur d’environ 15 mm) en zone non portante dans le genou : soit l’échancrure fémorale soit latéralement aux condyles en zone de non appui.
  5. Préparation de la zone à greffer, on réalise un trou à la dimension légèrement inférieure au plot prélevé.
  6. Insertion du plot dans sa logette.
  7. Vérification du resurfaçage du plot par rapport au cartilage adjacent.
  8. Fermeture des plans successifs.

Cliquez sur les petites images pour les voir agrandies. Merci.

Prélèvement des plots   Insertion de deux plots de mosaïques dans une lésion d’un condyle fémoral  

Schéma de la Société Arthrex

Le principe

Repose sur le principe de transfert d’unités fonctionnelles ostéocartilagineuses sous forme de plots. Mais elle est plus agressives que les microfractures et peut poser des problèmes techniques dommageables pour l’articulation lorsque le nombre de plots à prélever est important. Il est préférable de la réserver à des lésions peut étendues moins de 3 cm.

 

Lésion du condyle d’environ 1 cm sur arthro scanner.

  

Après intervention chirurgicale : Contrôle à 18 mois : on perçoit le plot intégré dans l’os et le cartilage en regard avec uniformisation de la surface articulaire.

  

LA REEDUCATION

Son principe est le même que pour les microfractures décrites plus haut.

 

 

Haut de page